Cholet

 

Le 23 Août le commissaire régional de la république VACQUIER (Etienne VACQUIER, responsable de la section Choletaise du mouvement Libération Nord, et membre de l'Amicale Philatélique Franco-Coloniale section de Cholet), donna l’ordre de surcharger les timbres en vue d’affranchir les premières correspondances F.F.I à Cholet.

Cette ordonnance fut reprise le 2 septembre 1944 dans le second bulletin d'information de Cholet :

cholet-bi2-1.jpg

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 Entre temps, le 31 août 1944, la ville est libérée.

 

 

La Surcharge a été effectuée le 29 Août en présence de Mr Fernand BOSSARD (alias Lieutenant BAUDRY ?, président de l'Amicale Philatélique de Cholet), de Mr Maurice BROSSIER (de la résistance Choletaise et membre de l'Amicale), et de Mr FOURNIER (chef de gare et second du commandant VACQUIER). Le poinçon fut détruit aussitôt après la surcharge des timbres.

Il semblerait que cette émission (32 valeurs) n'ait pas été vendue à la Poste.

Tirages :

choletpv-2.jpgcholetpv-suite-5.jpg

 

 

Texte vente negociants

 

 

Différentes séries ont été vendues aux négociants parisiens. Certaines valeurs se retrouvent sur ce document, alors qu'elles n'ont pas été mentionnées dans le PV (40c. outremer, 4f. outremer, 4,5f. vert et 5f. vert).

Et inversement, le 80c vert indiqué dans le PV, n'est pas proposé à la vente.

S'agit-il d'une partie des valeurs diverses du PV ? composées aussi des 3 Mercures (1M-3M), des 4 timbres à l'effigie de Pétain (29-32) ? ... et des 4 entiers (33E-37E, sauf le 34E).

Le paiement est à adresser à M. Soulard, négociant rue de l'hôpital à Cholet, et délégué par la Municipalité (au profil des oeuvres charitables de la ville de Cholet).

 

 

 

 

 

 

 

 

Vu le faible tirage (110 à 230 exemplaires), la signature d'un expert est indispensable : attention aux nombreux faux; certains ont même une fausse signature !!!

 

Exemple :                               FAUX    (du plus réussi au plus flagrant)                          VRAI

 

                          

Les faussaires ont dû se servir, pour modèle, de la surcharge stylisée des pages 3 et 32 du catalogue MAYER 2005.

Mes faux sont surtout reconnaissables à l'encrage. On peut voir les traces de l'imprimante matricielle sur le second exemple et un encrage parfait (vraiment trop) sur le troisième exemple.

Les membres de l'Amicale Philatélique de Cholet, que j'ai pu contacter, sont du même avis que moi (et ils sont bien placés pour donner leur opinion) : seule la surcharge présentée à droite est conforme à la surcharge d'origine (la barre haute du F est de même longueur que la barre du milieu, et il existe un petit trait sur le R).

 J'ai vu récemment des timbres avec d'autres caractéristiques qui étaient signés CALVES et MAYER (sur un site internet bien connu). Les signatures des 2 experts étaient-elles fausses ?

J'en suis convaincu, et l'article "Soyez Prudent !" de Timbres Magazine n°122 d'Avril 2011 page 11 me conforme dans mon opinion (voir aussi dans ce numéro la très bonne étude sur les Faux de Londres).  

Alors, faites toujours signer vos timbres par un ou deux experts (et garder précieusement leur facture qui vous servira de preuve), ou demander à l'expert qui aurait signé le timbre si c'est bien sa signature (en plus c'est souvent gratuit).

Certains experts ont même une machine capable de détecter l'âge de l'encre employée.

Si le timbre est faux et que vous l'avez acheté à un professionnel membre du CNEP, il se doit de vous rembourser. Certains, très consciencieux, remboursent aussi les frais engendrés.

Date de dernière mise à jour : 11/02/2016

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site

×